Timbres et cartes postales sur DELCAMPE

Ny teny marina hoatra ny fia-pary, ka na lava aza, tsy lany hamamiana :
Les paroles vraies sont comme la canne à sucre que l'on mâche: quoiqu'elle soit longue,elle est douce partout.
Les timbres et cartes postales de ce blog sont en vente sur DELCAMPE.net , ci-dessous :

Pour traduire les articles de ce blog , cliquez sur un drapeau :

Manoava soa ampiantany, fa misy hiankinana; ary manoava soa vato, fa misy hipetrahana :
Faites du bien à une muraille et vous pourrez vous y appuyer .

ACCUEIL : Introduction à ce blog :

vivre à Antananarivo





Jean LABORDE
Premier consul de France à
Madagascar
1861






En bas de page affichée, cliquez sur "messages plus anciens", pour lire la suite.

Dans les textes ,les liens vers le web sont en vert ou en rouge .


Présidence de la transition

Drapeau de Madagascar .

Hymne national Malgache :




Paroles :


Ry Tanindrazanay malala ô





Ry Madagasikara soa,
Ny fitiavanay anao tsy miala,
Fa ho anao, ho anao doria tokoa.
Tahionao, ry Zanahary
Ity Nosin-drazanay ity
Hiadana sy ho finaritra:
He sambatra tokoa izahay
Ry Tanindrazanay malala ô,
Irinay mba hanompoana anao
Ny tena sy fo, fanahy anananay
Zay sarobidy sy mendrika tokoa Ry Tanindrazanay malala ô,
Irinay mba hitahiana anao
Ka ilay Nahary izao tontolo izao
No fototra ijoroan'ny satanay.

Ô Notre patrie bien-aimée





Cher Madagascar
Notre amour pour toi reste
Et demeure à jamais
Protège et garde, O Créateur,
Cette Ile de nos ancêtres
Dans la sérénité et dans la joie
Et nous serons bienheureux
O notre patrie bien-aimée
Notre voeu est de te servir
Notre corps, notre coeur et notre âme -
Ce qui nous est cher et précieux –te sont dévoués
O notre patrie bien-aimée
Notre voeu est de te protéger
Le Créateur de l’univers
Est le pilier de notre engagement.

***************

Les articles qui suivent ont été dactylographiés , vers 1985-1989, par mon père,

Maurice PLANCHON

sur la base des lettres, nombreuses,au jour le jour,(10 500 lettres reçues en 1960)
 préoccupations des gardiens-chefs et inspecteurs provinciaux,des prisons malgaches,

 reçues de 1959 à 1962.

Au travers des anecdotes, faits divers, occupations quotidiennes,  
 se dessine le travail  de français expatriés,"coloniaux",
pour construire une administration pénitentiaire,
 mettre en place les bonnes compétences aux bonnes places,
 au moment ou Madagascar prenait son indépendance ....

*******

Ils retracent sa carrière comme fonctionnaire des colonies ,de la France d'Outre-Mer,

à

 Madagascar,

en tant que

  Chef du Service de l'Administration Pénitentiaire de Madagascar,

du
1 mars 1959
au
 12 septembre 1961

( 7421 détenus au 30 septembre 1960)

(Voir par exemple le rapport d'activité 1960).


Fin du troisième séjour,
 départ à 
l'aéroport d' Arivonimamo
En 1961
collection Nicole SIMONET-PLANCHON


*************

Carrière militaire dont Diégo-Suarez

1959

1960

Fin du troisième séjour 1961 .

Epilogue

************

Merci pour vos commentaires (compléments d'information ou corrections) dans ce blog ou par un courriel , vous pouvez également m'envoyer photos et documents concernant les personnes et lieux ,
 de cette époque,
 cités dans ce blog.
MERCI.:




Blog crée et ouvert au public , le samedi 10 mars 2012.
Joseph Simon Galliéni

Gouverneur général de Madagascar (1896-1905)

Général Galliéni
J'ai ajouté des liens vers les sites ou blogs précisant tel ou tel item,
J'ai enrichi le manuscrit par quelques photographies, vidéos, cartes postales, timbres ,
 et quelques livres qui m'ont été signalés.

**************************


Source du résumé 1958 ci-dessus.

Lycée Gallieni où fut proclamée la République Malgache le 14 octobre 1958.
André Soucadaux









***************************************

Prologue 1958 1/5 Comores

Article précédent : ACCUEIL : Introduction à ce blog :

MES PRISONS (*)


Prologue



Datura et pointetia
Premier jour d' émission  31.01.1959.


Madagascar
En 1958,

après trois années passées en qualité de responsable du service du logement et de l'ameublement des fonctionnaires métropolitains affectés à Madagascar, service dépendant de la Direction des Finances,
je fus muté au cabinet du Haut-Commissaire au service des renseignements généraux.

De par cette fonction j'eus alors la possibilité de contacter, et même de fréquenter, les plus hautes autorités.

Plus spécialement chargé de l'accueil et de la réception des notabilités comoriennes, ces îles étant alors rattachées à la gestion de Tananarive.

C'est ainsi que le vice-président du conseil de gouvernement des Comores, M. Mohamed AHMED, m'écrivait le 30 mai pour me remercier de l'aimable accueil que je lui avais réservé lors de son passage à Tananarive.

Le 25 août M. le prince SAID HOUSSEIN BEN SULTAN SAID ALI, chef de la famille royale de la Grande Comore me faisait part de son arrivée à Tamatave et le 4 septembre il me demandait le remplacement de son chauffeur.

Carte reçue du
carte 14*9 cm
Au verso , manuscrit :
"
J'ai bien reçue votre aimable lettre due et la fiche de M. P. BAS
auquel je suis très sensible aux sentiments de confiance que vous me témoignez.
d'autre part je vous prie d'excuser la négligence de mon age .
Des mon retour à la Grande Comore j'ai cherché votre fiche et
je n'ai pas pu la trouver dans mes nombreux papiers au cours de mon voyage.
Je vous serais très reconnaissant d'établir une autre pour me l'envoyer en retour du courrier.
En vous remerciant très sincèrement encore pour le dérangement que je vous cause
Veuillez croire en mes sentiments très amicaux.
C'est fait  le 1er octobre 1958

"
Collection Nicole SIMONET-PLANCHON



Le 25 août également,
 je recevais une lettre de M. G ARNAUD, haut fonctionnaire des Comores, qui avait accompagné la délégation des comoriens lors d'une importante réception à Tananarive et qui me remerciait de l'organisation de la réception qui fut sans défaut  et qui revenaient en leur territoire avec une joie sans mélange.

Le 2 septembre M. Mohamed AHMED m'écrivait de Paris pour me faire part de sa satisfaction des contacts avec les autorités de la métropole et indiquait qu'il était très satisfait du discours du général de GAULLE.

Le 20 septembre le prince SAID HOUSSEIN me signalait par télégramme qu'il avait bien rejoint MORONI.


(*) Titre donné par mon père à ses écrits.


Prologue 1958 2/5 Le général de GAULLE à Tananarive

Après la Communauté Française
Page précédente : 1958 1/5


Les évènements s'étaient succédés à grande allure en cette année 1958.
En métropole la 4ème République avait vécu ses derniers jours et, sous la pression du peuple,
le Président de la République devait faire appel au général de GAULLE.
Depuis mon arrivée sur le territoire, j'avais rencontré des amis  gaullistes dont le plus influent était Maître Marcel FOURNIER, avocat à Tananarive.
Pour soutenir l'action des responsables d'Alger,
Site pour Mahamasina

le 23 mai nous avions organisé un rassemblement de masse au stade de Mahamasina.
Tous les membres du Cabinet du haut Commissaire avaient été priés de se rassembler dans la salle d'honneur en attendant la suite des évènements.
J'avais pu aller au stade où la foule était nombreuse.
L'orateur indiqua alors qu'il venait d'apprendre par la radio  que le général de GAULLE acceptait de former le gouvernement et demanda à la foule de se disperser dans le calme, ce qu'elle fit.
Je partis immédiatement rejoindre les membres du cabinet et le Haut-commissaire me demanda si la foule allait venir au siège du Gouvernement général.
Général de GAULLE
à
Mahamasina

Devant ma réponse négative tout le monde parut soulagé, mais je dois préciser que l'armée, sous les ordres du général MISSONNIER
(Sur le WEB : Un ouvrage de Catherine MISSONNIER parlant de Madagascar et ici aussi)
( lui même gaulliste convaincu) n'avait pas été requise pour défendre le Haut-Commissariat, mais était en état d'alerte pour faire face à toute éventualité.
Après ces évènements, c'est en septembre que le général de GAULLE vint à Tananarive où il trouva une ville
en euphorie générale.
Dans un discours à Mahamasina, devant des dizaines de milliers de personnes il prononça la phrase historique :

Discours du général de GAULLE, à TANANARIVE,  le 22 août 1958.

INA : Général de GAULLE à Madagascar et en Afrique

" SI VOUS LE DÉSIREZ, MADAGASCAR REDEVIENDRA INDÉPENDANTE, COMME AU TEMPS OU LA REINE RANAVALO HABITAIT CE PALAIS " ....



Palais de la Reine,(à gauche), Tananarive, photographie de 2011. 
Construction débutée en 1610.
Le Rova et ici aussi
Collection Nicole SIMONET-PLANCHON

Mes amis comoriens étaient également là et c'est à la suite de cette visite que le prince  SAID HOUSSEIN m'adressait une longue lettre de remerciements.
Je lui en accusait réception le 30 septembre en le félicitant des magnifiques résultats qu'il avait obtenu pour l'approbation de la nouvelle constitution.

Page suivante : 1958 3/5

Prologue 1958 3/5 Fin du travail avec les Comores.

Une page de l'histoire
Page précédente : 1958 2/5




J'eus également l'occasion de faire connaissance d'un administrateur de la France d'Outre-Mer ,
M. Roger RENARD qui fut pendant très longtemps un de mes voisins lorsque j'habitais un pavillon du quartier d'Isoraka.

Le pavillon d'Isoraka où nous avons habité et dont parle mon père. (En 2011)

Lac d'Anosy , la flèche indique notre pavillon.
Carte postale
De beaux jacarandas autour.



Le quartier d'Isoraka près du lac D'anosy
et le stade Mahamasina
Collection Nicole SIMONET-PLANCHON


Je travaillais alors sous les ordres d'un autre administrateur,
M. Pierre GUILLON malheureusement décédé depuis dans un accident d'automobile.

J'avais également pour voisin M. Philippe PALAZZO qui était magistrat et bien d'autres encore.

Avec tous j'ai conservé un souvenir et une amitié indéfectible et, 30 ans après leur gentillesse est toujours présente en ma mémoire.

D'ailleurs j'entretiens toujours une correspondance régulière qui reflète les jours d'antan où nous passions des heures à nous préoccuper de la grandeur de la France.


Madagascar restait dans la Communauté et le gouvernement provisoire de la République Malgache se mettait tout doucement en place.

Les Comores avaient décidé de rester française.

Le 14 novembre M. Mohamed AHMED  et le 15 nomvembre le prince SAID MOHAMED CHEIK m’annonçaient que les pourparlers avec le général de GAULLE touchaient à leurs fins et que leur retour était prévu pour le 24 novembre avec M. Mohamed ABDALLAH.
Le 3 décembre Mr Mohamed AHMED me faisait connaître de Moroni qu'il était arrivé à temps pour éviter des troubles graves.
Puis le 27 janvier 1959, de Paris, le prince Said Mohamed CHEIK m'annonçait son retour prochain en compagnie  de M. Mohamed ABDALLAH et que le 3 février il serait à Majunga.

Page suivante : 1958 4/5

Prologue 1958 4/5 Décret de nomination du chef du service de l'administration pénitentiaire de Madagascar

Page précédente : 1958 3/5


J'avais également entretenu des relations amicales avec mon ami René JUPPEAU,
fonctionnaire au service de l'agriculture et que j'avais connu avant mon départ de France lorsqu'il était dans l'entourage de M. FOCCART, conseiller technique du général de GAULLE.
Le 5 janvier 1959, il me faisait connaître son arrivée en métropole pour un congé de fin de séjour.
Mais les mois et les années s'étaient écoulés depuis mon arrivée à Madagascar et mon séjour réglementaire de trois ans était arrivé à son terme.
Le 2 février, par note 0277/C.M.REG le Haut-Commissaire me faisait connaître que mon retour en France était prévu par avion du 24 mars et le 7 février j'étais convoqué pour le 16 devant ma commission de rapatriement.
Philibert TSIRANANA

J'écrivais alors à mon ami maître Marcel FOURNIER, Ministre de la Justice du gouvernement de M. TSIRANANA pour l'informer que l'on voulait me nommer , " Conseiller technique du Directeur malgache des services pénitentiaires" et que je ne pouvais accepter ce poste subalterne étant donné qu'il m'avait proposé d'être : "Directeur des Services Pénitentiaires".
Mais cette nomination,  si elle intervenait, ne pourrait avoir son plein effet qu'après le congé que j'étais obligé de prendre.
Cependant, étant donné les pourparlers en cours,
le 25 février ,
par note 530/REG le Haut-Commissaire annulait sa note 277 qui prévoyait mon retour en France
et le 26 février 1959, par décision N° 019/SEP, il m'accordait un congé de six mois à passer à Marennes-Plage avec embarquement à compter du 16 mars,
puis par décision N° 305 bis du 2 mars, il me mettait à la disposition du Président du gouvernement provisoire de la République Malgache.

Le 3 mars,  M. le ministre de la Justice , Marcel FOURNIER demandait aux membres du Gouvernement de bien vouloir approuver le décret  N° 59-29 ci-après me nommant chef du service de l'administration pénitentiaire de Madagascar, ce qui fut fait et publié au Journal Officiel;

En voici les textes :



Pour agrandir :
Appuyez sur la touche "ctrl" , de votre clavier,
maintenez là enfoncée,
faites tourner la molette de votre souris.










Décret de nomination de Maurice PLANCHON

Page suivante : 1958 5/5

Prologue 1958 5/5 Administration pénitentiaire.

Page précédent : 1958 4/5



Depuis décembre 1958, j'avais écrit à un de mes amis, M. SICAUD qui était gouverneur de la Polynésie Française en lui signalant que j'étais en fin de séjour et qu'il me serait agréable de servir sous ses ordres  dans ce territoire.
A la date du 3 mars, il ne m'avait pas encore répondu et j'en avais conclu que ma candidature ne l’intéressait pas.
C'est pourquoi j'avais accepté le poste de Chef du service de l'Administration Pénitentiaire.


Lorsque je reçu sa lettre N° 98/CAB du 19 mars me proposant un poste aux Finances et un autre aux Affaires Économiques, il était trop tard :

J'étais CHEF DU SERVICE DE L'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE DE MADAGASCAR.

( mis en valeur par mes soins)
=======


Je cessai alors mes contacts avec mes amis comoriens pour me consacrer uniquement à ma nouvelle tâche.


=====================


Cliquez ici :Les cinquante ans de l' adminstration pénitentiaire malgache ont été célébrés en 2009.


Fin du prologue
1958


Page suivante : 1959 1/11

1959 1/11 Régions de l'administration pénitentiaire.


1959
Début

Page précédente : 1958 5/5



Ainsi le 3 mars 1959, j'étais officiellement nommé Chef du service de l'Administration pénitentiaire et, non, Directeur comme tout le personnel me qualifia.
Je reçus des félicitations de très nombreux amis et notamment de M. Jacques FOCCART en service à la Présidence de la république auprès du général de GAULLE , de M. Roger FREY qui devint Ministre de l'Intérieur, de M. Pierre BAS, député , ....
Présidence de la transition en 2012

Mais où était donc l'Administration pénitentiaire ?

Elle n'existait pas, Madagascar étant jusqu'alors territoire de la République Française,
il n'y avait pas de Ministère de la Justice avant la nomination de Maître FOURNIER
et les prisons, réparties sur tout le territoire (elles étaient au nombre de 89) ,
dépendaient uniquement des services de police qui en assuraient le gardiennage et la gestion.



Pour agrandir :
Appuyez sur la touche "ctrl" , de votre clavier,
maintenez là enfoncée
faites tourner la molette de votre souris.



Carte établie en 1960
situant les :
* maisons de force et centrale
* maisons d'arrêt
* maisons de sûreté
Superficie équivalente à celle de la France métropolitaine et de la Belgique.
Timbres

Plan interactif Google Maps


Agrandir le plan
Armoiries

Il me fallait tout organiser : les locaux, le personnel, les attributions , les ravitaillements , etc. ..., mais j'étais également obligé de partir en congé de fin de séjour, quitte à demander mon retour par anticipation.
Et il y avait également les pressions de toutes sortes de la part de certains qui voyaient  dans ce nouveau service une sinécure de choix.

Dès le 3 avril je recevais une lettre de madame ANDRIAMANANA qui sollicitait pour son mari une place en qualité d'adjoint, mais ses désirs de salaire étaient trop élevés pour le modeste budget dont je disposais.

Pour l'installation de mon service je louais un appartement de quatre grandes pièces Avenue de la Libération.


Une dizaine d'adjoints et de secrétaires malgaches me furent affectés et me furent très dévoués.

Je divisais alors le territoire en six régions :
Tananarive
Tamatave,
Tuléar,
Fianarantsoa
Fort-dauphin,
et Diégo-Suarez
à la tête desquelles je nommai six inspecteurs de l'administration pénitentiaire qui furent tout d'abord les six gardiens-chefs de service en ces villes à ce moment là :

mais il me fallait également deux gardiens-chefs musclés  pour les maisons de force de Nosy-Lava et Nossi-Bé où étaient les détenus condamnés à  plus de cinq ans de travaux forcés.

Pour le poste de Nosy-Lava je demandais à un ami de longue date habitant les environs de Tananarive : M. LUCAIN de bien vouloir exercer les fonctions de gardien-chef et à son épouse qui en avait les qualités , d'assurer la scolarité des enfants des gardiens, car cette île située dans le canal du Mozambique, au large d'Antalava n'était peuplée que de quelques familles malgaches  disséminées et sans aucune organisation administrative.
Seule la maison de force représentait une entité.
M. et Madame LUCAIN acceptèrent bien volontiers cette tâche et je dois dire d'ores et déjà qu'ils m'apportèrent un concours précieux fait de dévouement et d'amitié.

(prison,bagne, fermé en 2000 ; ajouté par mes soins)


Nossi-Bé



A Nossi-Bé, cette autre île située au nord-ouest du territoire la situation était différente car cette belle île, très touristique avait une population très complexe et était sans histoire  vis à vis de la maison de force sise en plein coeur de la ville .
Je demandai à un ancien sous officier de la coloniale, M. AUDRAIN, d'accepter de devenir le directeur de cette prison , ce qu'il fit bien volontiers.
Lui aussi m'apporta une aide précieuse  et pendant toute la durée de mon commandement je n'eus qu'à me louer de son service;

Il s'agissait là des nominations les plus urgentes car les services de police étaient impatients de se libérer de la charge des prisons.
La répartition des établissements pénitentiaires fut approuvée selon l'organigramme ci après :


Organisation de l'administration pénitentiaire malgache en 1959




Le 22 mai, la famille LUCAIN m'écrivait d'Analalava pour me faire connaître qu'ils avaient pris contact avec  le juge  et les gendarmes et que tout s'était bien passé, mais ils réclamaient les crédits nécessaires car ils avaient été obligés d'acheter  la viande de la maison de force sans aucun subside.
Ils rejoignirent Nosy-Lava  et le 28 mai je recevais deux lettres.
L'une de madame LUCAIN qui me faisait part de ses difficultés et dont voici la teneur :

Nous avons été très surpris que vous me demandiez de me faire intégrer dans le cadre des institutrices auxiliaires.
Vous savez bien que j'ai quitté l'enseignement parce que je n'en pouvais plus  et d'ailleurs je n'ai jamais exercé comme auxiliaire à Madagascar, le salaire étant dérisoire (23.000 je crois) .
J'ai fait des suppléances dans le secondaire officiel et j'ai donné des cours dans les établissements privés secondaires.
Autre ennui , une fois classée comme institutrice officielle , on me déplacerait sans me demander mon avis. 
Si j'avais voulu faire carrière dans l'enseignement, j'y serait tout simplement restée car j'ai commencé à 20 ans.Mais je n'avais pas vraiment la vocation.
Avant d'entrer au haut-commissariat avec vous, j'avais vu M. CARLE et il a admis qu'à mon âge il ne serait pas intéressant de reprendre du service.
D'ailleurs il n'a jamais été prévu que je quitte le Ministère de la Justice.M. FOURNIER, le lundi 4 mai où nous avons déjeuné chez lui, m'a encore dit qu'ici il y aurait un instituteur malgache, que je l'aiderais en donnant des cours d'histoire et de géographie  aux plus grands, et que je surveillerais surtout les enfants au point de vue hygiène.
Pour le moment il n'y a pas de "grands" ici.
Ils sont à Analalava  ( jusqu'au cours complémentaire)  et à Tananarive ou Tamatave dans les collèges. 
Il n'y a pas d'urgence à rendre officiel l'enseignement puisqu'il n'y a pas de local idoine.
En outre à cause de l'épidémie de coqueluche, pas question que je réunisse les enfants.
Pas une famille n'y a échappé. J'ai reçu hier le sirop c'est un peu tard.
J'ai fait faire un tableau ( Je viens de voir qu'on annonce l'ardoisine ) parce que j'ai l'intention de faire une garderie où j’occuperais successivement les élèves de chaque classe avec l'aide d'un prisonnier instituteur.
Il me faut les livres que j'ai demandé et un dictionnaire Larousse.
Mais  jusqu'à la fin de l'année scolaire, si proche, cet enseignement peut s"effectuer sans aucun caractère officiel ; ce serait plut^t un cours de vacances.
Il n'y aura du reste rien de stable, vu l'intense mouvement de personnel qui va avoir lieu.la moitié des agents s'en va et sera remplacé par des nouveaux et leur famille.par la suite quand les classes seront réellement constituées avec des instituteurs malgaches, il restera toujours les "moins de six ans"  et la garderie deviendrait la garderie officielle du pénitencier, sorte de jardin d'enfants. 
C'est pour une bonne part en raison des promesses que nous avons faites à ce sujet que des agents qui voulaient partir sont revenus sur leur décision.
Je vous rappelle que madame GESLIN a déjà fait une demande.
Par ailleurs une dizaine de prisonniers désirent s"instruire, entre autres deux de nos domestiques.
Je leur ai promis de m’occuper d'eux dès que vous m'aurez envoyé les livres.
Ceci entre dans mes attributions d’auxiliaire sociale de la prison, le moral des hommes s'en trouverait mieux.
Voilà pour l'enseignement........


Je pus donner satisfaction en partie à la demande de madame LUCAIN grâce au budget dont je disposais et malgré quelques aléas dans les années qui suivirent je ne pus que me louer de l'enseignement et de la bonne tenue qui fut inculquée aux enfants de Nosy-Lava.


Page suivante : 1959 2/11





1959 2/11 Nosy-Lava

Page précédente : 1959 1/11 

Carte libre à l'ANOM Aix-en-Provence

Cependant il y avait plus grave.

Dans la deuxième lettre du même jour émanant de M. LUCAIN dont le texte est reproduit ci-après je pourrai connaître la situation dans le camp de la maison de force et notamment les trafics inimaginables qui existaient entre les détenus et les gardiens :

.....

Je regrette vivement que votre passage à Nosy-lava n'ait pas eu lieu quelques semaines plus tard.
Lorsque vous êtes venu, j'étais encore trop neuf et j'aurais été bien incapable de vous faire un exposé clair de la situation à la maison de force.
Il n'en n'est plus de même aujourd'hui mais je préfère faire cette mise au point sous forme de lettre personnelle.
Si j'avais à dépeindre brièvement l'état des choses je dirais que nous vivons en pleine anarchie.
Ce que je vais vous dire une simple enquête suffirait à le vérifier.
La collusion entre les agents et les prisonniers est flagrante et les uns comme les autres trafiquent avec les gens du village et même de l'extérieur.
Voici quelques faits qui se passent de commentaires :
Je me suis aperçu que certains agents servaient de facteur aux détenus.
Cela se faisait journellement.
J'y ai mis bon ordre dans la mesure du possible.
dans les divers ateliers, les ouvriers passaient la plus grande partie de leur temps à fabriquer des objets pour les agents qui souvent les revendaient à Analalava.
Hier j'ai confisqué une magnifique malle  à la menuiserie, mais je n'ai pu trouver à qui elle était destinée.Je l'ai fait mettre au magasin.
Même du ciment partait pour la grande terre.
Amboanio
Compagnie occidentale

J'ai pris les mesures nécessaires pour renforcer la surveillance à chaque départ de la vedette, mais cela m'est difficile à cause du nombre de femmes faisant la navette à chaque voyage.
Bien que je les soupçonne de servir d'intermédiaires , je ne peux les fouiller ni contrôler leurs bagages.
Pirogue et boutre

Deux fois cette semaine des bateaux ( un boutre et une pirogue) ont accosté directement sur la plage d'Amboanio , assez loin du poste, et les occupants s’apprêtaient à entrer dans le camp par derrière quand je les ai fait appeler.
Le patron du boutre m'a répondu avec insolence qu'il avait l'habitude ainsi de venir du temps de mon prédécesseur.
Il a prétexté qu'il apportait des bananes aux agents mais le lendemain l'inspecteur GOZIE a saisi des sachets de chanvre sur deux détenus dont l'un avait déjà été pris le mois dernier.
Il a d'ailleurs avoué qu'il faisait le commerce du chanvre à l'intérieur du camp et qu'il le recevait d'un villageois de Mahabo qui le reçoit sans doute par les bateaux.
Ne pouvant intervenir directement, j'ai demandé aux gendarmes de venir faire une enquête à l'improviste.
Ils m'ont dit être au courant de ce trafic  et qu'ils viendraient sans tarder.
A notre que Ra..... Paul qui a donné un coup de couteau à un de ses camarades est un fumeur de chanvre.
Ces trafics expliquent que très souvent nous trouvons des sommes parfois considérables sur les détenus.La semaine dernière une somme de sept mille francs a été saisie sur l'un d'eux.
Par suite d'un relâchement scandaleux, les prisonniers avaient des liaisons avec les femmes d'agents, à tel point  qu'un des policiers a été obligé d'expédier sa femme à Analalva, ayant appris qu'elle devait s'enfuir en France avec un détenu sur le point d'être libéré.
C'est d'ailleurs l'objet de la lettre anonyme que vous avez reçue et l'explication de la demande du montant du voyage Majunga-Marseille.

(fin de la page 8 du document initial)

Autre exemple du relâchement : un prisonnier domestique de mon prédécesseur et qui avait la faveur de coucher à l'extérieur de la prison , a été surpris avec une femme par l'inspecteur GOZIE dont le rapport est resté lettre morte.
Devant de tels faits , je comprends pourquoi les agents n'ont plus aucune autorité et pourquoi les bons éléments sont découragés.
pour citer un cas précis, il y a quelque temps , un très bon agent qui faisait une observation à un détenu condamné pour assassinat et réputé comme étant la plus forte tête du camp s'est vu insulter et frappé par lui.
Le prisonnier a été puni de trois mois de prison mais l'agent a été rappelé à Tananarive quelques jours plus tard à la demande expresse de M. PERICHAUD.
Ce geste a mécontenté les bons agents et M. GOZIE a été a deux doigts de donner sa démission.
J'ai promis aux agents que je ferais tout pour renforcer leur autorité.
Ne croyez pas que je vous relate ces faits parce que je redoute mes difficultés.
Au contraire , je suis prêt à endosser toutes mes responsabilités et je suis certain d'obtenir ra^pidement des résultats concrets, mais il me faut la certitude que  j'aurai l'appui total du ministère.
il me faut en particulier que je puisse au plus tôt donner un commencement d'exécution aux belles promesses que j'ai faites sur vos conseils; sinon tous les bons agents partiront.
 .........
Compagnie occidentale de Madagascar




Je lui donnai tous apaisements  et l'assurai de mon appui le plus total dans son action à condition qu'il me rendît compte immédiatement chaque fois qu'un incident se produirait  afin que je puisse faire face à toute intervention politique qui ne manquerait pas de se produire.


*******

Le 2 juin 1959 , sous numéro 12440/FIN/4/A, le Directeur général des finances me faisait connaître qu'étant donné que mon congé était écourté, j'étais autorisé à conserver mon logement administratif  à condition que je prenne toutes dispositions  pour permettre le cas échéant une occupation partielle de courte durée, ce qui permit à mon ami rené JUPPEAU de l'occuper pendant la durée de mon absence.

Le 12 juin M. LUCAIN m'envoyait la longue lettre suivante pour me faire connaître que la situation s"améliorait malgré les incidents relatés plus haut :

.......

J'ai pris connaissance de votre lettre avec beaucoup de plaisir et de réconfort.Car il faut bien le dire, les quelques télégrammes officiels que nous avons échangés ne permettaient guère de me rendre compte si j'avais votre approbation ou non  en ce qui concerne ma façon de mener La "boite"  dont vous m'avez confié la Direction.
Le moins qu'on puisse en dire, c'est que j'ai fait figure de révolutionnaire.
Et mon régime a été approuvé par tous puisque la Commission de surveillance m'a adressé ses félicitations et que les agents me remercient d'avoir réinstauré leur autorité ( a tel point que certains commencent à regretter leur demande de mutation) .
Les prisonniers eux-mêmes se rendent compte que le règne du laisser-aller est révolu.
Je vous remercie d'ailleurs de m'aider à mater les fortes têtes en leur "collant" le maximum  chaque fois que je vous le demande.
Je vous assure que l'effet psychologique est des plus salutaire.
Un mois encore de ce régime et tout rentrera dans l'ordre.
A part les fous furieux tous les autres sont déjà revenus à de meilleurs sentiments.Certains même commencent à se confier à moi. Je les reçois toujours bien et je les conseille dans la mesure du possible .
Lorsque vous me dites que le début d'émeute du 17 mai vous a causé beaucoup de tracas , je me rend compte combien l'usage des télégrammes est sujet à caution, car si j'avais pu vous parler de vive voix, je suis sûr que vous ne vous seriez pas inquiété un seul instant.
Je vous affirme que je n'ai jamais été en difficulté et si je vous ai alerté c'est surtout pour vous faire comprendre la carence de nos prédécesseurs et la nécessité de réagir vigoureusement et sans tarder afin de faire comprendre à tous que la rigolade est terminée.
Comme je crois vous l'avoir déjà dit, le lendemain même de l'incident, j'ai mis à exécution le projet que nous avions étudié ensemble concernant l'isolement des "dangereux" . Ainsi je suis absolument optimiste , car la nouvelle installation mettra les "durs" hors de nuire.
Vous vous montrez surpris que je n'ai pas porté plainte contre R..... Paul .
L'explication est la suivante : lorsque j'ai rendu compte au juge de ce qui venait de se passer, il m'a demandé si la victime portait plainte contre son agresseur. Sur ma réponse négative, il m'a fait part de son intention de suivre lui-même l'affaire. D'ailleurs l’enquête est ouverte et suis son cours.
Je vous tiendrait au courant de tout ce qui en découlera.
Sans vouloir râler, je me crois obligé de vous dire que l'effectif des gardiens est nettement insuffisant et je me demande jusqu'à quel point notre administration  ne serait pas jugée responsable si un coup dur  se produisait.
En effet, alors que la loi prévoit un gardien pour  10 détenus, ici nous en sommes à un gardien pour vingt détenus.D'ailleurs le rendement du travail s'en ressent. N'étant pas suffisamment surveillés les prisonniers en profitent pour tirer au flanc, quoique mes visites impromptues les déroutent un peu.
J'ai hâte de pouvoir me débarasser de quelques agents et de les remplacer par de nouvelles recrues.La mentalité de l'ensemble du personnel en sera profondément modifiée.
......
Au sujet de mes commandes vous me dites quelles manquent de précision et vous me parlez de "redresseur à vapeur de mercure" . Je vous avoue bien humblement que je ne comprends rien à cela et que je suis obligé de faire confiance à GESLIN  pour ce qui est des commandes concernant les ateliers.
Toutefois je lui rappellerai pour la énième fois qu'il doit être plus explicite.
J'ai reçu la visite de M. CADINES des T.P. qui étudie la possibilité de créer un terrain d'aviation à Nosy-Lava.
A ma demande, j'ai eu également la visite du vétérinaire d'Ananalava  ( type charmant) qui m'a conseillé très utilement.Il a examiné le cheptel qu'il n'a pas trouvé très brillant;D'après lui nous aurions intérêt à le renouveler.J'attends un rapport que je vous ferai parvenir. Nous avons discuté également de la construction éventuelle d'une ferme. Après étude du terrain, il nous donne son accord total. Si notre ami JUPPEAU pouvait venir pour le démarrage ce serait parfait.
En ce qui concerne la question eau, sans être insoluble, elle me parait assez difficile ; rien à à faire pour continuer le forage de deux puits  dont M. BRUNET nous a indiqué l'emplacement. Ou alors il nous faudrait creuser une quinzaine de mètres dans la roche.Sans marteau-piqueur nous en aurions pour des années.Je vous enverrai très bientôt  un rapport réunissant les suggestions  émises par M CADENES, PROVENSAL ( le vétérinaire), GESLIN, etc. ....
Tous s'accordent pour dire que la solution serait la construction de citernes.
.....




Deux vidéos sur Nosy-Lava et Nossi-Bé







Page suivante : 1959 3/11

1959 3/11 Majunga, Anjanamamina.

Page précédente : 1959 2/11
Majunga

Mais il fallait également installer des inspecteurs dans chacune des six provinces qui seraient mes délégués permanents pour toutes les questions concernant les maisons d'arrêt de leur secteur.
ils devraient m'en rendre compte afin que je puisse prendre les décisions qui s'imposaient;

Pour la province de Majunga, je nommai M. MATHEI , un français installé dans l'île depuis longtemps et qui était sans emploi.

Le 15 juin il m'adressait la lettre suivante :
"
Je pense que vraisemblablement, cette lettre sera la dernière que je vous adresserai avant votre départ en vacances ....
Je vous remercie de la confiance que vous avez bien voulu me témoigner et dont j'essaierai de me monter digne.
usant de votre autorisation je vous écrirai et tout en vous tenant au courant des grandes lignes de la situation je ferai en sorte de ne pas vous importuner.
Vous vous doutez que j'attends ma nomination avec impatiente et si elle me parvenait avant votre départ ça me serait une grande joie.
vous m'avez dit au cors de notre conversation téléphonique de ce m0tin, que pendant votre absence je pouvais me mettre en rapport avec Monsieur le Ministre de la Justice pour lui rendre compte des faits importants du service.
Si vous me le confirmez pouvez-vous  m'indiquer l'adresse à laquelle je dois lui écrire pour que ma correspondance lui parvienne réellement ,

...
"

Je donnais satisfaction à sa demande.

Quartier de Tananarive
Zoma et Faravohitra
Il y avait également à quelques kilomètres de Tananarive , à Anjanamamina, une maison de redressement pour les jeunes délinquants mineurs.
Avec le concours de mon inspecteur pour la province, M. VERGNOLE, fonctionnaire du cadre de l'administration générale d'Outre-Mer comme moi, la gestion de cet établissement nous appartenait, mais la discipline relevait d'une commission de magistrats nommés par les instances judiciaires.
Je maintins le personnel en place et ce fut M RAKOTO Jean de Dieu , inspecteur de police qui en fut le gardien-chef.

Le 19 juin au nom de tout le personnel il m'adressa une gentille lettre me souhaitant, ainsi qu'à toute ma famille, un bon séjour en France.

Et , le 21 juin , c'était mon retour en métropole pour y passer mon congé obligatoire.

J'embarquai, avec ma famille, par avion T.A.I. à l'aérodrome d'Arivonimamo.

M. LALLEMAND du cabinet du ministre de la justice assurait l'intérim.

J'eus beaucoup de satisfactions de la part de mon fidèle premier secrétaire de ma direction , M. WILMANN

C'est ainsi que dès le 23 juin il me faisait parvenir la lettre suivante :

"
Je tiens le coup au boulot, votre absence laisse un vide de plus en plus grand.Confidentiellement je vous dirai que le bateau est à la dérive faute de commandant. 
Votre successeur ne fait que des apparitions éclairs entre les heures de bureau, le personnel étant déjà parti, de sorte que l'on ne peut rien discuter, rien trancher.
Comme toujours je fais de mon mieux mais ne peut prendre aucune initiative importante, celles ci n'étant pas de mes attributions.
Hier matin cependant  de reconduire à Anjanamamina trois détenus évadés qui avaient été repris par la police, le commissariat central n'ayant pas de véhicule disponible et ne sachant que faire des trois types.
Je me suis chargé de les raccompagner au centre d'Ajanamamina  en me faisant escorter d'un agent de police. Tout s'est bien passé , je n'ai  vu M. LALLEMAND  qu'à midi à mon retour.
Je n'ai pas eu la peine de lui rendre compte de ma mission ceci semblant  ne pas l' intéresser.
Le planton a été doté hier d'une bicyclette Griffon de 14200 francs sur ordre du nouveau patron.J'aurai voulu aujourd'hui lui parler pour la faire assurer contre accident et vol, il n'est pas venu du tout au bureau.
D'autre part Ajanamassina demande 6 moustiquaires.
 Que faire ? 
Renseignements pris Faivre pourrait les fournir à 2.150 francs l'une : qu'en pensez-vous ? 
Je les trouve chères comparativement à nos maigres crédits. 
Dois-je attendre votre retour ?
j'ai pris ce matin 15 kg de peinture grise pour les lits du centre de rééducation d'Anjanamasina.Les 30 autres lits sont en cours de confection.
J'ai réglé avec DARRIEUX l'affaire de scie circulaire de l'atelier scolaire.
Rien d'autre à signaler pour l'instant.
"
...........

Le 26 juin il m'informait avoir commandé 30 tonnes de ciment pour Nosy-Lava  et 60 moustiquaires pour Anjanamassina.
Il était très bien secondé par RAPHAEL un secrétaire malgache dont je n'ai eu qu'à me louer.

La situation m'était communiquée régulièrement  et c'est ainsi que dans la lettre du 2 juillet ci-après il me faisait part de l'arrivée imminente de M. JUPPEAU, un ami de longue date dont j'avais sollicité l'affectation afin de lui confier la mise en place de fermes et jardins dans tous les établissements pénitentiaires pour améliorer à peu de frais , l'alimentation des prisonniers et des gardiens.

..........

Le boulot marche normalement avec RAPHAEL et moi. Nous nous consultons et prenons les initiatives voulues puisque M. LALLEMAND n'est jamais là.
Je vais essayer d'aller faire un tour aujourd'hui à Anjanamamina afin de livrer les moustiquaires en faisant à Jean de Dieu la recommandation suivant vos instructions.
Mais voyez-vous je n'ose pas comme de votre temps me mêler des affaires de ce pénitencier, je ne sais pas ce que pourrait penser le directeur p.i. 
Je ne veux pas avoir l'air de me mêler de choses qui ne me regardent pas , je le faisais sous votre direction par esprit de collaboration parce que je savais que vous aviez à coeur que cette affaire tourne rond, mais comme votre successeur s'en fout royalement, je préfère me tenir dans mon rayon, ayant eu suffisamment a faire avec ce secteur.
M. LUCAIN est de passage à Tananarive.
Il nous remercie sincèrement de l'empressement que nous mettons à satisfaire se commandes.
Nous ne sommes plus abandonnés, dit-il, notre exil devient moins pénible.
Dans l'ensemble il est satisfait de son travail.tout va bien depuis que les nouvelles têtes ont été mâtées.
..........

Le 8 juillet c'était une nouvelle lettre de M. WILLMANN  qui paraissait assez découragé et il me confirmait l'arrivée de M. JUPPEAU pour ce jour là.
Tananarive était dans la fièvre de l'arrivée du général de GAULLE et sa lettre ci-dessous reflétait l'état d'esprit qui régnait alors.

.......

Je souhaite que votre congé s'achève rapidement afin de nous revenir bien vite car ici cela ne va pas.Le service ne peut continuer à marcher comme ça.
Pour ma part j'en ai plein le dos et si ce n'était l'espoir de vous revoir bientôt, j'aurai déjà démissionné.
Je ne peux pas travailler avec un type qui n'est jamais là et qui vient en éclair chercher la petite bête pour espionner les gens. 
Aujourd'hui doit arriver M. JUPPEAU .J'irai à 12 heures à Arivonimamo pour le ramener à Tananarive.

.........
Sur DELCAMPE


Mr LALLEMAND refuse automatiquement tout ce qu'on lui demande.
Exemple : La semaine dernière après avoir attendu huit jours la camionnette pour transporter des effets à Anjanamamina  et ne voyant rien venir comme par le passé, le soir à 18 heures j'ai chargé ma voiture et suis allé à mes frais emmener les affaires.
Le lendemain quand je lui ai que j'avais pris sur moi de faire le nécessaire afin d'assurer la bonne marche du service , je me suis presque fait "engueulé", autant dire que je n'avais pas à me mêler de choses qui ne sont pas dans vos attributions.
Jugez en l'esprit dans lequel on travaille sans vous.Franchement c'est uniquement pour nepas vous décevoir que je me suis retenu et n'ai pas lancé ma démission à la figure ce cet imbécile.
J'ai l'impression que le p.i. combine quelque chose avec BILBAO.
Tenez-vous sur vos gardes .

........

(fin de la page 12)


Page suivante : 1959 4/11




1959 4/11 Majunga,Ankijabé

Aéroport d' IVATO
a remplacé Arivonimamo en 1967
Page précédente : 1959 3/11

Le 9 juillet mon ami René JUPPEAU l'écrivait pour me faire part de son arrivée de la veille et il était content que je lui aies fait remettre les clés de ma maison qu'il garderait ainsi en mon absence.
Il avait été accueilli comme prévu par M. WILLIAM et avait immédiatement rencontré le ministre M. FOURNIER ainsi que M. LUCAIN qui était en mission dans la capitale.

Le 11 juillet une lettre de mon ami FAURE m'indiquait qu'il était à nouveau à l’hôpital du val de Grâce.je ne l'ai jamais revu depuis.
Dr CATAT
Scan mis ici en souvenir des français qui ont oeuvré pour la grandeur de la France.

Antsirabé
Antsirabé
Le viaduc
Une lettre de Majunga du 14 juillet venant de M. MATHEI qui, après avoir relaté la visite du général de GAULLE, me faisait part des difficultés de discipline des gardiens-chefs en place à Ankijabé , M. GLINZ et à Antsirabé M. DALLEAU , qu'il avait été obligé de licencier.
Il était par contre très satisfait du sergent RAZAFINDRAKOTO qu'il nommait à Ankijabé et de MIRA Pascal du camp d'Ampomotro .
Voici les principaux passages de sa lettre :

........


Page suivante : 1959 5/11

1959 5/11 Ampomotro, Nosy-lava,Antsahabé


Page précédente : 1959 4/11


J'ai licencié M. GLINZ, gardien chef du camp d' Ankijabé, sur un rapport de monsieur l'administrateur en chef, chef du district d'Ambato-Boéni, d'une part, et, d'autre part celui du gendarme COURTAUD.
Voici un passage édifiant de ce dernier :
"
... Le 22 juin 1959, dans la soirée les époux GLINZ ont reçu des détenus du camp dans leur habitation  et ont consommé du vin .... Au cours de cette beuverie madame GLINZ a dansé avec les prisonniers ainsi que son fils âgé de quinze ans . M. BERATA chef du district écrit notamment : sa femme ( madame GLINZ) serait la cousine de l'ex député communiste de la réunion M. VERGES .
J'ai nommé à sa place un malgache le sergent RAZAFINDRAKOTO Jérôme , qui n'est pas parfait mais dont j'avais apprécié les qualités de commandement lors de son passage à Majunga  pour participer aux honneurs rendus au général de GAULLE .
Evidemment il est lettré en français.
Le camp d'Ampomotro ( district d'Antsohihy) me donne satisfaction grâce au jeune et énergique gardien-chef MIHA Pascal ( MIRA ?) .
 En accord avec le chef de province M. ALEXANDRE , dont maintenant le titre officiel est : directeur des services provinciaux , je vais licencier le nommé DALLEAU, gardien-chef du camp d'Antsahabé ( district d'Antsohihy)  qui, a peur des prisonniers.
 Il refuse de les punir, et, parait-il, boit lui aussi, mais c'est moins flagrant que pour GLINZ.
Maison de force de
Hell ville
Nossi-Bé.
Cliquez droit sur la carte postale
pour l'agrandir
dans une nouvelle fenêtre.
Un premier transfert de seize détenus de Nossi-bé sur Nosy-lava se fera sur le Djema le 19 juillet.
Une dizaine de jours après trente prisonniers de Nosy-lava seront transférés à Nossi-bé.
Chaque semaine j'adresse un rapport à M. LALLEMAND mais depuis votre départ je n'ai pas eu de lui  soit une lettre, soit une communication téléphonique.
J'ai l'impression de parler devant un mur et c'est très désagréable.
......




Le 16 Juillet un mot de M. JUPPEAU me confirmait certaines difficultés et une lettre de M. WILLMANN m'informait de toutes les démarches qui avaient été entreprises pour mon retour qui semblait impatiemment attendu.
Le 22 juillet M. JUPPEAU m'écrivait de Nosy-Lava où il était en mission pour me faire part des difficultés rencontrées et du projet d'installation d'un ferme, là encore pour l'amélioration de la nourriture des détenus et du personnel de surveillance.
Le lendemain une lettre  de madame LUCAIN apportait quelques potins de l'île :
Voici ces lettres :
......

Me voici à Nosy-Lava cette petite île merveilleuse depuis hier.
Déjà ce matin , avec M. LUCAIN ,nous avons inspecté les lieux de l'emplacement futur de la ferme; Je pense au premier abord que nous pouvons faire quelque chose de bien.
Évidemment l'exécution du programme demandera une certaine attention qui semble difficile à l'heure présente.
En effet l'entente ne semble pas régner avec le mécanicien  et surtout en votre absence, la sûreté continue à donner des ordres de départ pour les meilleurs agents  et M. LUCAIN est très ennuyé car ses effectifs sont faibles ( un pour vingt)  et ce sont les plus mauvais qui restent.
Toutefois il semble décidé à résister maintenant à tout ordre ne provenant pas du ministère de la justice et il faut que de coté il soit appuyé fortement.


(fin de la page 13)


.........


Chère madame PLANCHON,
Nous avons en ce moment chez nous M. JUPPEAU qui nous a donné de vos nouvelles.
Il parcourt toute l'île avec mon mari pour ses projets de culture.
 Ils ont hâte que M. PLANCHON revienne car depuis son départ rien n'avance.
Si notre voisin le mécanicien est un ours mal léché, sa femme et ses filles se montrent assez sociables.
......
Notre père ARSENE s'en va à Nossi-Bé. 
C'est dommage nous l'aimions bien.
Espérons que le suivant sera aussi gentil que lui.


.......


Le 27 juillet M. AUDRAIN  gardien chef de la prison de force de Nossi-Bé , m’écrivait en ces termes :

......

Riz à Madagascar
Afin d'essayer de réaliser des économies j'ai demandé et obtenu de la Direction l'autorisation de faire confectionner un grand filet et deux pirogues . Dans un mois environ ce sera chose faite.
 J'espère qu'ainsi je n'aurai plus à acheter de poissons. Je voudrai m'occuper ensuite de la culture du riz .
 Qu'en pensez-vous ?
J'ai repris le jardin potager qui avait été abandonné.
La fourniture des jardins me permet de vendre de temps à autre des légumes aux commerçants .
Bien entendu j'irai préalablement en parler à Monsieur l'administrateur en chef qui a déjà approuvé ma décision.
J'ai fait placarder une note dont j'ai envoyé une copie à Tananarive  à titre de compte-rendu.
Les particuliers qui emploient les détenus les payant désormais à compter du 16 juillet.
 Ce nouvel état de choses a été accueilli, sinon avec le sourire, du moins sans heurt, c'est l'essentiel, n'est-ce pas ?
.......


Le 27 août M. WILLMANN m'adresse une lettre assez pessimiste sur mon retour et sur la situation de mon administration ( voir ci-après), mais les craintes d'un bâton dans les roues sont assez vite aplanies ainsi que me le confirme le 10 août un ami du cabinet du ministre en France, M. Jacques BREVILLE et la lettre du même jour de M. WILLIAM et une autre du 11 août.









Page suivante : 1959 6/11