Timbres et cartes postales sur DELCAMPE

Ny teny marina hoatra ny fia-pary, ka na lava aza, tsy lany hamamiana :
Les paroles vraies sont comme la canne à sucre que l'on mâche: quoiqu'elle soit longue,elle est douce partout.
Les timbres et cartes postales de ce blog sont en vente sur DELCAMPE.net , ci-dessous :

Pour traduire les articles de ce blog , cliquez sur un drapeau :

Manoava soa ampiantany, fa misy hiankinana; ary manoava soa vato, fa misy hipetrahana :
Faites du bien à une muraille et vous pourrez vous y appuyer .

Prologue 1958 3/5 Fin du travail avec les Comores.

Une page de l'histoire
Page précédente : 1958 2/5




J'eus également l'occasion de faire connaissance d'un administrateur de la France d'Outre-Mer ,
M. Roger RENARD qui fut pendant très longtemps un de mes voisins lorsque j'habitais un pavillon du quartier d'Isoraka.

Le pavillon d'Isoraka où nous avons habité et dont parle mon père. (En 2011)

Lac d'Anosy , la flèche indique notre pavillon.
Carte postale
De beaux jacarandas autour.



Le quartier d'Isoraka près du lac D'anosy
et le stade Mahamasina
Collection Nicole SIMONET-PLANCHON


Je travaillais alors sous les ordres d'un autre administrateur,
M. Pierre GUILLON malheureusement décédé depuis dans un accident d'automobile.

J'avais également pour voisin M. Philippe PALAZZO qui était magistrat et bien d'autres encore.

Avec tous j'ai conservé un souvenir et une amitié indéfectible et, 30 ans après leur gentillesse est toujours présente en ma mémoire.

D'ailleurs j'entretiens toujours une correspondance régulière qui reflète les jours d'antan où nous passions des heures à nous préoccuper de la grandeur de la France.


Madagascar restait dans la Communauté et le gouvernement provisoire de la République Malgache se mettait tout doucement en place.

Les Comores avaient décidé de rester française.

Le 14 novembre M. Mohamed AHMED  et le 15 nomvembre le prince SAID MOHAMED CHEIK m’annonçaient que les pourparlers avec le général de GAULLE touchaient à leurs fins et que leur retour était prévu pour le 24 novembre avec M. Mohamed ABDALLAH.
Le 3 décembre Mr Mohamed AHMED me faisait connaître de Moroni qu'il était arrivé à temps pour éviter des troubles graves.
Puis le 27 janvier 1959, de Paris, le prince Said Mohamed CHEIK m'annonçait son retour prochain en compagnie  de M. Mohamed ABDALLAH et que le 3 février il serait à Majunga.

Page suivante : 1958 4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance pour votre commentaire.