Timbres et cartes postales sur DELCAMPE

Ny teny marina hoatra ny fia-pary, ka na lava aza, tsy lany hamamiana :
Les paroles vraies sont comme la canne à sucre que l'on mâche: quoiqu'elle soit longue,elle est douce partout.
Les timbres et cartes postales de ce blog sont en vente sur DELCAMPE.net , ci-dessous :

Pour traduire les articles de ce blog , cliquez sur un drapeau :

Manoava soa ampiantany, fa misy hiankinana; ary manoava soa vato, fa misy hipetrahana :
Faites du bien à une muraille et vous pourrez vous y appuyer .

1960 26/28 Nossi-bé



Page précédente 1960 25/28

Il y a trop de détenus hospitalisés à Nossi-Bé.
c'est une situation que je ne peux admettre car beaucoup sont utilisés en main-d'oeuvre.
je suis donc amené à demander que ces "malades" soient rétribués par l’hôpital.

Voici quelques rapports :

.......

... 12 septembre 1960 :


Je soussigné FAMOHA, détenu à la maison de force de Nossi-Bé précédemment en convalescence à Ankarankely,
déclare avoir travaillé chez des particuliers, à la journée, lorsque l'état de ma santé me l'avait permis, pour pouvoir me procurer des sous pour mes besoins personnels, pendant ma convalescence à Ankarankely.
Je n'étais pas le seul dans ce cas , plusieurs de mes camarades travaillaient également lorsque l'occasion leur permettait;
déclaration faite en présence du brigadier RAZANAKOLONA et de l'inspecteur principal VOAVY Augustin.
Joseph RASETA


...... Nossi-Bé le 16 novembre :


J'ai l'honneur de vous adresser à toutes fins utiles, la liste des détenus hospitalisés.
Il me semble que certains "malades" pourraient être utilisés, dans l’intérêt de l'administration pénitentiaire, c'est à dire en cession payante.
je vous avais signalé en novembre 1959 et juin 1960 , ces abus.On me trouve un peu trop "règlement" ici; aussi je ne veux pas renouveler près du médecin inspecteur les doléances que j'ai formulées deux fois en pure perte. aussi je désirerais que votre éventuelle intervention près du service de santé, ait été provoquée par les déclarations de tiers désirant garder l'anonymat.
Je crois devoir ajouter que j'ai effectué hier soir, à 20h 30, le contrôle des détenus hospitalisés. les nommés JEAN-PAUL et MORAMANA étaient chez le médecin inspecteur CAILLE
ceci m'a été déclaré par le détenu ROBINSON , vieil habitué de l’hôpital et qui connaît donc fort bien tous ses camarades et leur genre de travail.




... Était jointe une liste de quinze détenus.




... J'ai l'honneur de vous adresser les renseignements complémentaires suivants concernant l'hospitalisation des détenus :
Le détenu MORAMANA a été employé en cession payante du 1er juillet au 31 août.
Il a été considéré comme malade par le médecin inspecteur à compter du 1er septembre 1960 bien qu'aucune inscription n'en fasse état sur le cahier des visites médicales.




..... les prétendus malades JEAN-PAUL et MORAMANA couchant dans la propriété privée du médecin-inspecteur CAILLE.




......


"Ma classe marche comme sur des roulettes"  m'écrit Madame LUCAIN le 1er décembre , mais le 2 décembre, c'est la déception .

Nosy-lava 2 décembre (soir)


.... Le courrier vient d'arriver et je vous remercie tout d'abord pour la levure et pour les journaux. J'en remercie aussi M. WILLMANN , dont le nom est inscrit, ainsi que pour les légumes.
Malheureusement j'ai la pénible surprise de constater que l'on me retient 3.500 francs sous le rubrique "retr; spéciale" et cela sans préavis.
Mao Zedong
Mao Tsé-toung
 Qu'est-ce que cela veut dire, ,je suis furieuse. Vraiment, c'est se moquer du monde. 
Un comptable malgache touche plus que moi. Après la lettre que je vous ai écrite hier, vous devez comprendre mon état d'esprit. Plus ça va et plus nous sommes dégoûtés.Nous n'avons plus de viande d'aucune sorte.
 Nous osons à peine prendre un poulet de temps en temps. 
Tout est hors de prix à Analalava , quand on trouve quelque chose, car il n'y a plus de tripes ni de choucroute en boite chez le chinois. 
Quel bled !




......




J'interviens alors auprès des autorités compétentes et tout rentre dans l'ordre.
Le 5 décembre, M. MATHEI me rend compte de sa visite à Fianarantsoa et le rapport de son agent  MAHAMOUDOU DAIMA ainsi que de son impression sur la situation de l'inspection de cette province.



(fin page 114)




Page suivante 1960 27/28








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance pour votre commentaire.