Timbres et cartes postales sur DELCAMPE

Ny teny marina hoatra ny fia-pary, ka na lava aza, tsy lany hamamiana :
Les paroles vraies sont comme la canne à sucre que l'on mâche: quoiqu'elle soit longue,elle est douce partout.
Les timbres et cartes postales de ce blog sont en vente sur DELCAMPE.net , ci-dessous :

Pour traduire les articles de ce blog , cliquez sur un drapeau :

Manoava soa ampiantany, fa misy hiankinana; ary manoava soa vato, fa misy hipetrahana :
Faites du bien à une muraille et vous pourrez vous y appuyer .

1960 28/28 Tuléar









Page précédente 1960 27/28






... Tuléar le 9 décembre 1960


Je joins cette lettre à la correspondance destinée au service de l'administration pénitentiaire proprement dit. 
Vous trouverez parmi celle ci une copie de la lettre adressée à monsieur le Procureur de la république m'invitant à me rendre en inspection à Ankazoabé.


Il est évident qu'une tournée d'inspection s"impose tant à Ankozoabé qu'à Morombé et Morondava pour ne citer que les points névralgiques.


Morombe


Je suis en relation constante avec monsieur KORMANN , messieurs CAPDEVIELLE et JACOB du génie rural.
Si le service pénitentiaire  a la chance de me confirmer dans mon poste de Tuléar je peux assurer que le jardin ( champ ou camp, comme vous voudrez)  pénal sera l'un des plus beaux et des plus modernes de Madagascar sous six mois mais si, à l'instar de la 4ème république où les hommes de bonne volonté ne pouvaient rien faire, par suite de l'instabilité ministérielle permanente ,je suis, à nouveau changé de poste alors "adieu veau, vache,cochon,couvée".




.......




Le 6 décembre M. LUCAIN est satisfait du retour de son fidèle adjoint M. GOZIE.
Le 8 décembre c'est Nossi-Bé qui m'intrigue à nouveau en me signalant une situation trouble à Diégo.


... Nossi-Bé 8 décembre 1960
...  Le détenu que vous me signalez n'est pas à sa place ici.
Il est impossible de l'isoler puisqu'il n'y a ici qu'une cour commune, hélas ! et un petit quartier distincr pour femmes mais il est occupé.
Il semble entretenir d'excellents rapports avec le détenu que je vous ai signale par ma N° 1350 MF du 2 septembre et que je désirerais envoyer à Nosy-Lava avec les autres condamnés qui attendent leur départ depuis plusieurs mois.
De qui se moque-t-on à Diégo?
Je croyais que cette catégorie d'individus était destinés à Nosy-lava.
iln'y apas à compter sur les agents.
La plupart ont besoin d'être surveillés.
Le greffier-comptable RAVELONAHINA Désiré est complètement nul.
Il tenait très mal la situation des crédits.
J'ai du rappeler le détenu qui s'en occupait précédemment et que j'avais mis à la disposition de maître BOULANGIER huissier.
Par ailleurs puisque vous envisagez votre départ je dois vous dire que je désirerai quitter moi aussi cette source de soucis continuelle. 
 Il faudrait toutefois que je puisse trouver un autre emploi. 
Voudriez-vous avoir la gentillesse d'en parler à monsieur FOURNIER ? Peut-être grâce à ses nombreuses relations ......


... 17 décembre 1960


J'ai l'honneur de vous adresser copie d'une lettre de monsieur le Secrétaire d'Etat délégué de la province de Diégo, adressée à Monsieur le Chef de District.
L'application de ses instructions entraînerait de nombreuses difficultés.
Ce serait en outre préjudiciable à l'Etat qui devrait alors entretenir des centaines d'oisifs dans une Maison de force exiguë et qui n'a qu'une seule cour.
Que d'incidents en perspective si cette lettre n'est pas rapportée.
Vous m'obligeriez en me transmettant vos instructions dans les meilleurs délais.


(fin page 116)




************************************************

Ainsi s'achève l'année 196 qui fut fertile en évènements de toutes sortes.

J'ai eu beaucoup de travail et beaucoup de soucis mais aussi beaucoup de joies et de satisfactions.

Dans l'ensemble les détenus sont satisfaits du nouveau régime pénitentiaire qui leur permet de se livrer à des occupations favorites et apporte une amélioration de la nourriture et du confort.

De nombreux établissements pénitentiaires je reçois les bons voeux du personnel pour 1961.



l'encadrement et le personnel de surveillance a , dans l'ensemble, bien accepté les nouvelles disciplines et, si je fus quelque fois obligé de prendre des sanctions contre les plus récalcitrants, la majorité a confiance dans me direction.


Ce travail ingrat et ardu, a été reconnu par les autorités politiques et administratives qui m'ont félicité le plus souvent.

J'ai dû pourtant faire front à quelques ambitieux qui désiraient prendre ma place.

Ils y réussiront en 1961, lorsque, pour des raisons de santé de ma famille, je serai amené à abréger mon séjour.


FIN année 1960

Page suivante 1961 1/







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance pour votre commentaire.