Timbres et cartes postales sur DELCAMPE

Ny teny marina hoatra ny fia-pary, ka na lava aza, tsy lany hamamiana :
Les paroles vraies sont comme la canne à sucre que l'on mâche: quoiqu'elle soit longue,elle est douce partout.
Les timbres et cartes postales de ce blog sont en vente sur DELCAMPE.net , ci-dessous :

Pour traduire les articles de ce blog , cliquez sur un drapeau :

Manoava soa ampiantany, fa misy hiankinana; ary manoava soa vato, fa misy hipetrahana :
Faites du bien à une muraille et vous pourrez vous y appuyer .

1960 24/28 Budget 1961 , Rapport 1960

Page précédente 1960 23/28
(page 91)
Nosy-lava , 3 novembre 1960

Cher Monsieur Planchon,

Je serais bien content si vos prévisions se réalisaient en ce qui concerne le renouvellement de mon contrat, car il ne peu être question pour moi de retourner en France avant d'avoir vendu ma sacrée case.
Et je crois que le moment d'en tirer un prix convenable n'est pas encore venu.
Est-ce que notre nouveau patron se souvient de moi ? S'il vient ici il me reconnaîtra sûrement. J'espère que s'il donne suite à ses projets, vous viendrez également, car non seulement ma femme, Jacquie et moi serions heureux de vous revoir, mais encore j'aurais beaucoup de choses à vous dire de vive voix.
Récolte du riz
Felix et RANDRIAMARO sont bien arrivés depuis le 1er novembre.Ils sont un peu effondrés par la chaleur. Il est vrai que les derniers mois qui précèdent la saison pluvieuse sont assez durs. La chaleur est écrasante. Félix surtout passe son temps à s'éponger la figure avec son mouchoir.
bien entendu je suis entièrement d'accord pour que vous commandiez encore du paddy à la Lyonnaise car pour nous la question sacs est très importante.Pourtant nous faisons attention au gaspillage. Et puis, je serai plus tranquille lorsque j'aurai un certain stock de paddy d'avance.
Merci pour la note que vous m'avez envoyé concernant l'entrée des personnes étrangères dans la zone réservée au pénitencier. Elle me sera d'une grande utilité. Hier encore je me suis formellement opposé au débarquement d'une pleine vedette d'Indiens d'Analalava ( commerçants) qui voulaient venir pique-niquer ici.
Je suis étonné que vos commissionnaires n'aient pas réussi à trouver le régulateur Ducellier que nous avons demandé. C'était jusqu’alors une pièce très courante. Les derniers beaux jours qui nous restaient pour naviguer passent rapidement et la Tsy Taitra est immobilisée à cause de cette maudite pièce.

Je vous remercie sincèrement de nous débarrasser de notre sommité médicale, le "Docteur RAMAROSON".
Ci-joints le message du médecin-inspecteur et ma réponse. Je pense que vous approuverez ma circonspection. Qu'un accident arrive et ces Messieurs du Service de Santé seraient trop heureux de nous le mettre sur le dos si un des "leurs" n'était pas là. 
Je vous raconterai de vive vois mes démêles avec le colonel DESTRIBATS qui avait cru bon de prendre un air agacé devant mes réclamations concernant les infirmiers qui se sont succédés ici.  


(Fin page 91)


Camp d'ambre
Infirmerie
pendant que nous sommes sur ce chapitre, je vous signale ce qui me parait être une anomalie ( vous allez dire que je vous en signale une par lettre) .
 Depuis quelque temps, tous les jours, une bonne dizaine d'habitants de Mahabo vient se faire soigner à l'infirmerie de la M.F. Il y a surtout des femmes plus ou moins vérolées car elles vivent toutes de la prostitution. C'est incroyable la vitesse à laquelle filent les flacons de pénicilline, si bien que bientôt il n'y en aura plus du tout pour la M.F. Je soupçonne fort notre "diafoirus" de faire  de la "bedite gommerce" avec les médicaments qui nous sont alloués.
Vous serait-il possible, avec l'accord de Monsieur le Ministre de la Justice de faire cesser ces abus ?
Je me demande d'ailleurs pourquoi les gens de Mahabo qui nous tirent dans les pattes tant qu'ils peuvent et nous refusent absolument de nous vendre un seul boeuf, ont droit aux soins gratuits. qu'ils reçoivent les premiers soins en cas d'urgence, je l'admets, mais de là à suivre un traitement .... je trouve cela un peu fort de vinaigre.
 Impossible de savoir à quand remonte cette tolérance.
Je suis extrêmement embêté avec la main-d'oeuvre pénale accordée aux particuliers. Il arrive ce que j'avais prévu, et bientôt chaque habitant d'Analalava aura son, ou ses prisonniers, car certains en demandent plusieurs. Vous devez comprendre combien il m'est délicat d'accepter pour certains, et de refuser à d'autres, et puisque ce sont les députés et les fonctionnaires qui donnent l'exemple, j'émettrai systématiquement un avis favorable, sinon je passerai pour un vendu.
Un autre pépin de taille, c'est la panne du poste émetteur-récepteur de la Gendarmerie d' Analalava. cela multiplie les voyages de la vedette; Ne pourrions-nous pas avoir un poste bien à nous , installé à la Maison d'Arrêt et avec lequel nous serions en relation permanente ? Ce n'est pas toujours de gaieté de coeur que nous passons par les pandores.
je vous annonce que j'ai porté plainte auprès du Juge de Section  contre 6 détenus. Deux ont été surpris par GOZIE alors qu'ils venaient de voler des noix de coco, et quatre autres, pendant qu'ils volaient de la viande au cours de l'abattage d'un boeuf.J'agirais ainsi désormais contre tous ceux qui voleront. L'un des coupables, SOULEH AMADA, n'avait plus que 15 jours à tirer.Tant pis pour lui, l'exemple n'en sera que plus convaincant. son palmarès s'ornant de 6 condamnations, il ne serait pas étonnant que d'ici quelques jours il y ait un relégué de plus à la M.F.
Plusieurs gardiens me demandent s'ils peuvent adhérer à l'orphelinat de la Police; Je pense que vous obtiendrez facilement le renseignement.
JUPPEAU me demande un plan de la partie de la partie de terrain où se trouve la canardière et le séchoir à poissons  afin d'accélérer les formalités nécessaires pour obtenir l'attribution dudit terrain à nos services.Je lui expédierai le plus vite possible,, mais si vous me permettez d'exprimer mon avis, ce sera nettement insuffisant. , nous avons besoin de toutes les ressources de l'île entière : bois, fours à chaux, coraux, sources, lieux de pêche, etc...... Qu'adviendrait-il si des particuliers ou un autre service administratif nous en privait du jour au lendemain ? Évidemment, je ne parle pas d'absorber les villages existants - ce qui pourtant serait souhaitable et éviterait bien des histoires - mais le Ministre de La Justice devrait accaparer tout ce qui n'est pas encore borné.
vous devez sans doute trouver que je m'étends dans mes lettres rapport car vos réponses sont plutôt modèle-réduit, mais plusieurs vous m'avez exprimé le désir d'être au courant de tout, même des détails. Alors !
Je vous quitte car il y a encore un gros 'boom" qui m'attend.
Je viens de découvrir un gros trafic de savon entre les détenus et les habitants de Mahabo ( naturellement).
Sur cinq-cent-quatre-vingts morceaux de savon distribués le samedi soir, il n'en n'a été présenté que cent six le lundi matin lors d'une inspection inopinée. Ceux que je soupçonne depuis longtemps d'être à la tête de ce  trafic, se sont mis à table après s'être fait talocher un tantinet. Inutile de vous dire que ceux qui ne m'ont pas montré leur morceau de savon n'en toucheront pas à la prochaine distribution; Je vais aller trouver "mosieur" le député BEHAVANA  pour lui demander d'intervenir auprès de ses électeurs de Mahabo.
....


Je vous en supplie, rendez ALI HAMADI à ces messieurs de la Sûreté le plus rapidement possible, même si vous ne pouvez pas le remplacer numériquement; C'est une des pires "carnes" que la terre ait porté. N'allez surtout pas empoisonner un de mes collègues avec cette infâme crapule.




....




Administrativement l'année 1960 se termine et il faut passer au budget 1961.
Le 2 novembre j'ai donc présenté le rapport 'activité de l'année qui s'achève à Monsieur le Ministre de la Justice afin de le soumettre à l'assemblée parlementaire.
J'en fus chaleureusement félicité, surtout sur la question budgétaire, qui, grâce à l'activité déployée par M. JUPPEAU , les travaux entrepris par les inspecteurs et les gardiens-chefs dans le s établissements pénitentiaires m'avaient permis de n'inscrire qu'une dépense très minime de 27 francs ,40 par homme et par jour au budget de l'état.




Voici ce rapport :








Page suivante 1960 25/28
Rapport 1960 1/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance pour votre commentaire.