Timbres et cartes postales sur DELCAMPE

Ny teny marina hoatra ny fia-pary, ka na lava aza, tsy lany hamamiana :
Les paroles vraies sont comme la canne à sucre que l'on mâche: quoiqu'elle soit longue,elle est douce partout.
Les timbres et cartes postales de ce blog sont en vente sur DELCAMPE.net , ci-dessous :

Pour traduire les articles de ce blog , cliquez sur un drapeau :

Manoava soa ampiantany, fa misy hiankinana; ary manoava soa vato, fa misy hipetrahana :
Faites du bien à une muraille et vous pourrez vous y appuyer .

1960 22/28 NOSY-BE

Page précédente : 1960 21/28




Suite de la lettre de M. LUCAIN






Page 84

J'ai été surpris en recevant votre lettre N° 456 JU/SAF  concernant les agissements de MEYER , d'autant plus que je lui rends pas mal de services.
Actuellement, sa machine à écrire est en réparation ici.
Un moment avant les élections, comme il recevait la visite de M. NATAI et sa suite, il a fait appel à moi pour que je lui fournisse du poisson, des fruits de mer et des légumes. 
Bien entendu, je lui ai procuré ce qu'il demandait et sa dame m'a adressé ses plus chaleureux remerciements.
J'ai demandé des précisions à RAMPIRISON ua sujet de l'affaire LAIPANGA.Il m'a répondu que le chef de district l'avait convoqué dans son bureau et lui avait intimé l'ordre d'envoyer LAIPANGA à Ankomajary. Comme RAMPIRISON faisait remarquer à M. MEYER qu'il était sous mes ordres, qu'il devait me demander mon avis et qu'en plus il manquait de personnel, le chef de district lui a répondu d'exécuter ce qui lui était commandé ; il serait temps, parla suite, de me tenir au courant. Évidemment, je n'ai pu avaler cette pilule et j'ai envoyé à M. MEYER la lettre dont vous trouverez ci-joint copie .
Je lui ai également envoyé copie conforme de votre lettre N° 456 JU/SAF . J'attends sa réponse qui sera quelque peu différée du fait qu'il est actuellement en tournée. je vous la ferai parvenir.

Je vous remercie beaucoup des 100.000 francs que vous mettez à ma disposition pour l'achat de mobilier; La scie circulaire est maintenant installée; elle est actionnée par un moteur Vandoeuvre 8ch que JACQUIE a remis en route.Cela me décide à acheter le bois et la quincaillerie nécessaires à la confection des meubles dont nous avons besoin; Je suis persuadé qu'ainsi nous tirerons le maximum des crédits providentiels.
La mesure m'allouant 50.000 francs de mieux pour la C.A. m'enchante également car je me demandais comment j'allais m'en tirer.
Lorsque je vous parle des lenteurs apportée au règlement de la caisse d'avances je ne vous mets nullement en cause. N'empêche qu'avec le processus actuel , il se passe au moins quinze jours entre ma demande de fonds et la réception de ceux-ci; En effet, lorsque je vous adresse ma demande accompagnée des factures justificatives par l'avion du mercredi, je ne puis recevoir l'avis de votre versement que le mardi suivant et souvent très tard. Si je ne veux pas perdre une semaine de plus, je dois faire repartir la vedette le lendemain matin , mercredi, pour expédier mon chèque postal à Tananarive, et si tout va bien en recevoir le montant le mardi suivant. voyez comme cela est simple. Et encore je suis optimiste car je ne tiens pas compte des intempéries toujours possibles pouvant empêcher la vedette de faire la traversée.


La situation de nos comptes est en accord avec le relevé que vous nous avez fait parvenir. Je vous joins par ailleurs le montant de la somme à payer sur la caisse d'avances.(prélèvement au greffe et factures en retard).
L'histoire du paddy provoquée par BARON ne me surprend nullement. plus je le connais et plus je me rends compte que c'est un petit salopard.Nous aurions peut-être mieux fait de nous orienter vers la Lyonnaise. BARON est d'une avarice sordide, à tel point qu'il fait vendre (très cher) par la boutique des crayons et des casquettes portant la publicité d'Orangeboom. Il m'a réclamé pendant des mois une somme de 300. francs correspondant à des frais de dédouanement; Comme il me demandait toujours cela lorsque j'étais de passage à Analalava, j'oubliais systématiquement de faire établir la facture en arrivant ici. Mais il y a quelques semaines il est venu faire l'inventaire  de la boutique et après avoir bien mangé et bien bu à ma table comme il le faisait  tous les 15 jours, il a remis ça avec ses 300. francs . J'ai préféré les lui donner de ma poche  et avoir la paix; seulement la prochaine fois qu'il reviendra il apportera son casse-graine.
d'autre part , je viens de refuser de l'envoyer chercher par la vedette à Analalava et de le reconduire dans la même journée de samedi, comme il le demandait; Lui qui est si avare trouverait normal que nous dépensions 80 l. d'essence pour sa petite gueugueule ( voyez ma réponse ci-jointe).S'il est dit dans notre accord qu'il peut user de notre vedette lors de ses voyages réguliers, il n'est pas question de la mettre à son entière disposition.
Je n'ai pas encore revu le curé d'Analalava mais CHRISTOPHE est venu s'excuser de leur sans-gêne.
Je voudrais bien que vous donniez suite à votre projet de m'envoyer un secrétaire digne de ce nom. J'ai été trompé très longtemps sur les qualités professionnelles  de CHRISTOPHE car  j'apprends seulement maintenant que c'était RAMBELOSON qui lui mâchait son travail, leurs femmes étant parentes. Celle de CHRISTOPHE vient de révolutionner le camp en racontant à qui voulait l'entendre que la femme du vaguemestre couchait avec certains agents dès que son mari partait à Analalava.Cela a pris la tournure d'un véritable drame et le vaguemestre m'a demandé de le muter; J'ai réussi à le calmer en lui disant que si il partait , il donnerait encore plus de poids aux médisances lancées contre sa femme. Et tout cela,  parce que le vaguemestre t son épouse ne vont pas matin et soir à l'église. Mais le plus croustillant de l'histoire, c'est que j'ai eu la certitude que la mère Christophe s'est envoyé deux détenus qui n'en font d'ailleurs pas mystère ( Il ne faut pas qu'ils soient dégoûtés car si vous voyiez la pépé !) .
Vous me demandez ce que j'ai pu faire  avec les 50.000 francs de planches et le ciment.En ce qui concerne les premières, je n'ai pas encore pu faire grand'chose puisque je n'en n'ai pas ramené beaucoup sur la Tsy Taitra, l'énorme caisse du moteur diesel prenant trop de place.toutefois j'ai fait faire des portes et quelques meubles pour l'école. J'attends avec impatience que les autres planches arrivent; Je voudrais faire un mobilier standard pour tous les agents.
pour ce qui est du ciment, je l'économise le plus possible car je voudrais faire une case pour le gardien-chef d'Analalava, ainsi qu'une case de passage;Évidemment j'y ajouterais de la chaux "maison" dans la mesure du possible.La pierre et la main d'oeuvre ne me manquent pas, il ne me resterait guère à vous "taper" pour les tôles et la peinture.
Mais puisque nous parlons cases, j'ai bien peur que la Gendarmerie ne nous retire bientôt celles ou habitent nos gardiens.
M. CLARAC m'en a touché deux mots et je crois que vous feriez bien de prendre les devants.Si cette
 hypothèse se confirmait, je me fais fort de construire sur le terrain de la prison des logements beaucoup plus confortables que ceux qui nous sont prêtés par la Gendarmerie et à très peu de frais.


Pour ne pas quitter les gendarmes, nous n'aurons pas besoin d'eux pour entraîner notre personnel au maniement des armes : GOZIE, l'adjudant chef et moi nous en chargerons.D'ailleurs il n'y a que les toutes dernières recrues qui ne soient pas au courant.Mais je me fais guère d'illusions, même sur ceux auxquels nous avons montré la manière de  démonter et remonter leur arme, et de s'en servir : à de rares exceptions près, leur bravoure n'en n'a pas augmenté pour autant.
vous me dites que les agents titulaires seront repris petit à petit par la Sûreté . est-ce obligatoire ?
plusieurs d'entre eux m'ont déjà exprimé le désir d'opter pour le Service Pénitentiaire. Je vous serais reconnaissant de me répondre à ce sujet par prochain courrier car cette question est très importante pour moi. 
déjà trois Comoriens, agents titulaires , m'ont demandé à être mis à la disposition de l'administration de leur pays : ce sont Alihamidi Adallah , Saadi m'SILIE, BACO MOINGARIE. Je regretterai seulement le dernier nommé.
par ailleurs, alors qu'il était en fonction à la maison d'arrêt d'Analalava, le gardien de prison Ismail Kassim a adressé une demande dans le même sens à Monsieur le Président du conseil de Gouvernement, et vous avez donné suite; pourtant j'étais convaincu que seuls les agents titulaires pouvaient bénéficier du droit d'option. Veuillez m'éclairer à ce sujet.


A suivre





Page suivante 1960 23/28

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance pour votre commentaire.