Timbres et cartes postales sur DELCAMPE

Ny teny marina hoatra ny fia-pary, ka na lava aza, tsy lany hamamiana :
Les paroles vraies sont comme la canne à sucre que l'on mâche: quoiqu'elle soit longue,elle est douce partout.
Les timbres et cartes postales de ce blog sont en vente sur DELCAMPE.net , ci-dessous :

Pour traduire les articles de ce blog , cliquez sur un drapeau :

Manoava soa ampiantany, fa misy hiankinana; ary manoava soa vato, fa misy hipetrahana :
Faites du bien à une muraille et vous pourrez vous y appuyer .

1960 4/28 Le valakira, pêcher avec la marée.

Page précédente 1960 3/28


Il est intéressant de lire les nombreux travaux de toute sorts qui sont réalisées à Nosy-Lava et exposés dans la lettre du 11 février.
Poissons et crevettes
Crevettes
Il est bon de préciser que le valakira est un piège à poisson et qui a été réalisé dans une partie de la baie où la marée est très grande : plus de deux mètres de hauteur.
A quelque cent mètres du rivage j'avais donné l'autorisation de faire une enceinte faite de grillage et fermée jusqu'à la terre.
A marée haute la mer montait au-dessus du grillage et à marée descendante elle repartait pat les trous du grillage laissant sur place les poissons très nombreux dans la région.
Lorsque la marée était complètement basse, il n'y avait lus qu'à les ramasser sur le sable.
On pouvait aisément "récolter" 200 kg de poissons, ce qui améliorait la nourriture des détenus et même a permis quelque fois d'en donner aux établissements pénitentiaires de la grande terre.
par ailleurs l'emploi gratuit de la main d'oeuvre pénale me causait bien des problèmes.Jusque là, les fonctionnaires et quelques autres utilisaient gratuitement des prisonniers en qualité de boy, de cuisinier ou autre domestique.
En accord avec M. le Ministre je décidais que dorénavant cette main d'oeuvre ne serait accordée que sur paiement de 75% du salaire d'un ouvrier.
Je ne voulais pas la supprimer, car elle permettait aux meilleurs de préparer leur réinsertion mais j'estimais que les employeurs devaient participer aux dépenses obligatoires des prisons ( logement, nourriture, habillement, gardiennage, etc....).
Cette décision fut pas appréciée de tous et à  Nosy-Lava d'abord, et dans toutes les provinces ensuite ce fut un tollé.
Mais après sept à huit mois cette façon de procéder fut admise.
Voici quelques extraits de la lettre du 11 février de M. LUCAIN :


......


Je me félicite d'avoir fait faire des kilomètres de canaux de drainage partout où nous avons défriché et mis en culture ( à peu près quatre fois la superficie qui existait).
Grâce à cela et à l'élargissement de la rivière les dégâts ont été insignifiants .


Canne à sucre
Pourtant le maïs a l'air de souffrir de l'excès de pluie.D'après les anciens d'ici, il a été semé beaucoup trop tard, ce qui doit être exact puisque celui que nous avons semé cinq semaines plus tôt est devenu magnifique.


Nos essais de canne à sucre donnent des résultats surprenants et nous allons en intensifier la culture.
Le valakira fonctionne à merveille pour l'instant et nous faisons des pêches miraculeuses.
Cela ne durera peut-être pas d'un bout de l'année à l'autre , toujours est-il que le grillage est payé" depuis longtemps.
Je viens de faire installer un séchoir , et lorsque nous aurons une certaine réserve de poissons salés et séché, je pourrai vendre le surplus de poisson frais.
Les détenus aiment autant le poisson que la viande, ce qui m'a permis de les nourrir de façon satisfaisante , bien que je n'ai pas encore reçu la caisse d'avance de janvier.
D'ici peu je vous ferai parvenir un rapport complet  des travaux effectués depuis votre dernier passage. Vous verrez que nous ne chômons pas, puisque m^me les dangereux travaillent. Je viens de leur faire faire une route permettant l'accès à la plantation de canne à sucre.
Bananes
A la ferme, en dehors de la porcherie qui est terminée, j'ai fait faire un poulailler dans le genre de la canardière , avec une case pour le détenu qui est chargé de la surveiller.
La maison en dur où habitera l'agent responsable de la ferme est, elle aussi, à peu près terminée.
J'ai fait planter au moins deux cent nouveaux bananiers qui poussent très bien.Lorsqu'ils produiront je n'aurai aucun mal à vendre les régimes.
L'interdiction aux fonctionnaires d'employer de la main d'oeuvre pénale  gratuite a provoqué un tollé général.Le juge, entre autres,  se montre assez virulent. Il ne manque pas de me faire de petites vacheries chaque fois que l'occasion s'en présente.pourtant comme vous le savez, je n'y suis pour rien.
Lors du dernier passage de la commission de surveillance, M. le juge de section, en tant que président de ladite commission, a établi un P.V. de visite.
A l'article 3 il est dit :
"Travail insuffisant pour un grand nombre de détenus"


(fin page 46)






Je me demande comment M. le juge peut affirmer de telles choses, puisqu'il ne m'a jamais demandé quels étaient les travaux en cours et qu'il m'a refusé de les visiter lorsque je lui ai proposé.Cette assertion me fait bondir, car je suis certain de tirer le maximum de rendement des prisonniers, surtout avec le peu de personnel dont je dispose.J'ai été sur le point de lui répondre comme il le mérite, mais j'ai craint que vous me désapprouviez.
Afin que vous vous rendiez compte du ton employé par le monsieur,,je vous joins une autre de ses âneries.Je serai heureux que vous me disiez ce que vous en pensez.
Lorsque la commission de surveillance doit venir à Nosy-Lava, je reçois l'ordre de mettre la vedette  à sa disposition, tel jour, à telle heure.
D'après les récentes instructions  du ministère des finances, est-ce bien régulier , 
La vedette de la maison de force étant le seul moyen de communication avec la grande terre, il me semble qu'il serait plus logique que le district assure le passage de la commission.


...... LE JUGE DE LA SECTION D'ANALALAVA ......:


"
J'ai l'honneur d'attirer votre attention sur la situation des détenus  employés sur la vedette de votre établissement, les nommés LUDOWSKY et RANDRIANABOLO Stanislas.
Il es désirable que ces individus ne traînent pas en ville  lors du passage de la vedette à Analalava. sauf nécessité de service particulière dont vous voudrez bien me tenir informé, ils devront se présenter des leur arrivée au gardien-chef de la maison d'arrêt .....


... Nota de M. LUCAIN ... :


Jamais ces détenus ne traient en ville.
LUDOWSKY se rend parfois à la gendarmerie pour se mettre en rapport avec le radio  et discuter des dispositions à prendre concernant leur travail commun. En ce qui concerne RANDRIANABOLO Stanislas qui est mécanicien de la vedette, il y a des années qu'il aide le vaguemestre à faire les courses et jamais il n'a commis la moindre sottise. Je comprends mal pourquoi M le juge a attendu jusqu'à ce jour pour le trouver dangereux ....... Je dois préciser, qu'avant l'interdiction d'utiliser la main d'oeuvre pénale gratuite,  bon nombre de prisonniers circulaient librement sans que personne n'y trouve à redire.




.......




Puis le 22 février une autre lettre de Nosy-Lava m'informai des difficultés rencontrées dans la situation scolaire :

Mon effectif s'est maintenu à 21 à cause des départ.Toujours pas de fournitures bien qu'elles m'aient été annoncées; Peut-être le 14 Juillet !
Les enfants sont décevants comme les adultes , paresseux comme des couleuvres et ne s' intéressent à rien ....


Le lendemain une autre lettre me fait connaître que la situation à Nosy-lava  est toujours difficile avec le personnel et il en est de même à Tuléar ainsi que m 'expose l'inspecteur dans ses lettres 25 février , 3 et 4 mars .....


........ NOSY-LAVA ........

Je ne vois pas pourquoi, alors que Nossi-Bé est largement pourvu, je suis, moi, forcé à faire le greffier, le comptable, etc..... d'ailleurs si il arrive un pépin de ce coté là, je vous aurais assez prévenu que ce n'était pas mon métier.
Plus je connais l'individu que vous m'avez imposé, moins je vis.
Dès que je ne surveille plus ' et je ne peux me déguiser en garde-chiourme perpétuel - il passe son temps avec les fortes têtes.
Je sais qu'il fait de la politique.
L'aide-greffier SATOU  étant également parti, ce détenu est le roi du bureau ( greffe et comptabilité !) .
J'ai été extrêmement peiné quand vous m'avez imposé ce gars là. Je ne pense pas que vous l'ayez vu, car physionomiste comme vous l'êtes, vous ne m'auriez pas dit de le prendre comme greffier.
vous savez que je n'ai aucun ouvrier spécialisé ,
Je suis forcé de prendre la truelle et de faire le couvreur pour monter aux détenus ce qu'ils doivent faire. Je ne pense pas qu'il y ait à Madagascar un autre directeur de prison qui fasse ce que je fais .Je voudrais au moins, quand je suis sur les chantiers, avoir l'esprit tranquille en ce qui concerne le travail de bureau.
Ceci bien compris, je vous confirme que je ne regrette, en tant qu'individus, ni SATOU ni RAMBELOSON, qui étaient des ivrognes et des trafiquants.
A part GOZIE et trois ou quatre agents, je ne peux compter sur personne. Je me lève presque toutes les nuits car je me suis aperçu que la plupart du temps les gardiens dormaient, au risque de se faire étriper et de laisser étriper tout le monde.En outre, s'y je n'y allais pas moi-même, ils laisseraient pourrir des centaines de kilos de poissons dans la valakira plutôt que de se déranger. tout cela parce que je reçois de la Sûreté que des raclures.  .....
Les installations électriques de GESLIN  laissent tellement à désirer que nous avons failli griller au milieu de la nuit. Un court-circuit a mis le feu à la toiture de chaume de notre chambre-pigeonnier, mais la lueur m'a heureusement réveillé à temps.   ...
Alors que j'ai à me bagarrer avec les détenus et les agents , GESLIN passe son temps à les pousser à me désobéir, en disant que je fais mon petit Napoléon ...;
J'avais toujours cru qu'au début de l'année 1960, l'administration pénitentiaire n'aurait plus rien à voir avec la sûreté. Cela m'est pénible d'être pris entre deux feux. Je n'en veux d'ailleurs nullement à la Sûreté, car je trouve très logique qu'elle essaie de récupérer ses meilleurs agents et de se débarrasser des ordures.
Je croyais que nous ferions nous même notre nouveau recrutement et que nous pourrions faire un tri. J'aimerais savoir pour ma gouverne quelle est la position du service pénitentiaire à cet égard .




..... TULEAR 25 février ......

En ce qui concerne la Province il vaut mieux ne pas compter sur elle , la force d'inertie règne en bloc dans ce fortin et je pense qu'il vaut mieux se débrouiller seul , ce qui n'est pas toujours facile,.la question du licenciement sera scabreuse et posera quelques problèmes du fait que la plu^part des agents recrutés  sont d'anciens militaires ayant plusieurs années de services,cela sera à prévoir dans le préavis, quant à moi je commence à établir la liste noire.
La question de STEFANI est importante  car la maison centrale a besoin d'un gardien-chef, de plus si l'on tarde, le logement disponible de CADY risque de disparaître au profit de la Province ........
Ne parlons pas des gardiens-chefs qui à part DAVID  et peut-être STEFANI ne sont pas capables d'assurer correctement leur service ......






.....   3 mars ........




La maison centrale est sans gardien-chef et mon temps disponible  ne peut guère me permettre de m'en occuper, dans quelques jours les vais installer les bureaux au service pénitentiaire : 
avec qui ???
Un détenu chargé du courrier (libérable dans six mois) un détenu chargé de la liquidation ( libérable dans quatre mois)  et voilà avec quoi je vais travailler. Il y a environ 104 agents à licencier, des mutations en quantité à prévoir et surtout beaucoup de difficultés avec Mrs les chefs de Districts.




...   4 mars ......


Comme suite à ma transmission adressée à M. Charles EMILE  il faut prévoir le licenciement de 112 agents et non 80, mais il ne faut pas effrayer la haute Direction. Je prépare actuellement un premier départ de 50 environ car avec mon personnel à compétence limitée je ne peux guère faire mieux .....
Lorsque je vais aller en tournée, et cela sera nécessaire très bientôt,  surtout à Bétroka, il me sera impossible de laisser mes bureaux  à la merci de mes prisonniers, même sous la surveillance d'un gardien car cela sera une belle pagaille à mon retour, et je veux l'éviter.Or Monsieur CAPDESSUS est toujours disponible et je pense qu'il pourrait être recruté comme agent NENA avec application de l'article 28 comme monsieur STEFANI.
C'est un garçon capable et sérieux et je crois pouvoir compter sur lui.


....


(fin page 48)


Page suivante : 1960 5/28



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance pour votre commentaire.